Sainte-Julie_Avant_Apres-01.png

AVANT

APRÈS

LAC DU PARC

ARMAND-FRAPPIER

Le lac aux lentilles d'eau

En plus de camoufler les plans d'eau, ces lentilles empêchent le transfert d’oxygène entre l’air ambiant et l'eau. Le manque d’oxygène est un enjeu critique pour la survie des lacs et de leur faune aquatique.

 

Chaque année, nous assurons, entre autres, la viabilité du lac du parc Armand-Frappier ainsi que de tous les organismes vivants qui l’habitent.

LE LAC DE LA CITIÈRE

Le lac AUX PHRAGMITES

Le phragmite ou « roseau des marais » est une plante indigène envahissante qui a pour conséquence d’étouffer les plans d’eau. À force d’invasion, les lacs qui sont aux prises avec cette plante ont un haut potentiel de disparition par effet naturel d’eutrophisation. De plus, ceux et celles qui se promènent sur le sentier pédestre arborant l’étang ne peuvent pas l’apercevoir dû à la hauteur du phragmite.

 

Voilà deux excellentes raisons de le tondre !

IMG_7979.JPG
Lachine_Avant_Apres-01.png

AVANT

APRÈS

LE CANAL LACHINE

LES DÉCHETS URBAINS

Près du parc du Fort à Lachine, le courant vigoureux et le vent amènent déchets et débris à s’accumuler le long de la rive à certains endroits particulièrement propices.

Un entretien régulier est nécessaire pour que les citoyens puissent admirer le paysage en se promenant paisiblement.

LE LAC VINCENT-D'INDY

Le lac ODORANT

Les plantes aquatiques en décomposition dégagent une odeur putride, force est d’admettre que les citoyens se tenaient loin de ce lac. Grâce à l’addition d’oxygène et au rebalancement biologique effectué par l’équipe de Lac.Eco, les citadins ont recommencé à côtoyer le lac et les installations mis à leur disposition.

Vincent d'Indy.jpg

LE LAC HENRI AU PARC

DU GRAND-CoTEAU

Le lac AUX ALGUES FILAMENTEUSES

Les citoyens qui s’amusent aux abords du lac Henri se réjouissent que ce plan d’eau soit minutieusement entretenu et que les algues filamenteuses soient enlevées par l’équipe de Lac.Eco. La chaleur de l’été québécois favorise la croissance des algues et devient problématique pour les étendues d’eau peu profonde.

Mascouche_Avant_Apres-01.png

AVANT

APRÈS

Cowansville_Avant_Apres-01.png

AVANT

APRÈS

LE LAC D'AVIGNON

LES DÉBRIS NATURELS

Les branches d’arbres qui s’échouent dans l’eau d’un lac peuvent être extrêmement dangereuses lorsqu’il s’agit d’un lac à moteur. Les plaisanciers qui s’y aventurent peuvent chavirer dû aux débris amenés par la nature environnante.

Notre équipe rend la navigation plus sécuritaire dans les endroits où il serait impossible de pratiquer.

©2021 par offdot